Bulletin

Construire la communauté dans un monde interculturel

Du 5 au 11 novembre 2017 s’est tenue à Manille (Philippines) la rencontre du Conseil des Déléguées de l’Union Internationale des Supérieures Générales sur le thème : Construire la communauté dans un monde interculturel.

Dans ce numéro du Bulletin nous avons voulu proposer, dans le sillage de cette rencontre de Manille, des réflexions qui puissent nous aider à accueillir le défi de l’interculturalité comme don et chance pour témoigner de l’Évangile de la miséricorde et de l’inclusion dans un monde toujours plus fracturé ; mais un autre défi est aussi d’« apprendre » l’interculturalité au sein même de nos communautés et de nos congrégations, à travers la formation, la communication, l’inculturation de notre charisme, la construction de communautés interculturelles.

Comme l’a dit la Présidente de l’UISG, Sr Carmen Sammut, MSOLA, dans son discours d’ouverture à Manille : « Construire des communautés, surtout des communautés interculturelles, demande un travail constant et difficile. Ce n’est pas quelque chose d’évident, qui découlerait du fait que nous avons été appelées à vivre ensemble. Nous avons besoin de temps pour apprendre à nous connaitre, pour écouter, pour parler et répondre à l’autre, pour permettre aux différences de devenir des dons et non des obstacles à notre unité. Tout cela demande un cœur, un esprit et une volonté profondément enracinés dans le mystère d’un Dieu de compassion ».

Sr. Nathalie Becquart, Xavière
Le synode 2018 sur « les jeunes, la foi et le discernement des vocations » :
un appel fort pour nos congrégations religieuses !
L’un des grands défis actuels est de « vocationnaliser » toute l’Eglise dans une approche juste et large de la vocation véritablement enracinée dans l’ecclésiologie de Vatican II. Nous sommes donc invitées à servir la vie comme vocation dans cette Eglise plurielle en contribuant à une synergie et symphonie des vocations dans une dynamique de communion. La question des jeunes et des vocations mise en avant pour le synode 2018 me semble donc constituer un appel fort pour nos congrégations religieuses, appel à « sentir avec l’Eglise » et élargir toujours davantage le regard pour « sortir » d’elles-mêmes et marcher avec d’autres, en communion avec tout le peuple de Dieu, laïcs, consacrés, pasteurs. Tous, disciples missionnaires au service d’une même mission d’annonce de la Joie de l’Evangile, quelques soient nos vocations propres, nous sommes appelés à trouver toujours davantage les voies de la collaboration partenariale dans une interaction et une réciprocité fécondes. C’est en cherchant ensemble à promouvoir toutes les vocations que nous pourrons promouvoir chaque vocation.

P. Mark Weber, SVD
Le discernement vocationnel dans un monde interculturel
Il est évident que, du fait des migrations et de la mondialisation, nous vivons dans un monde multiculturel, et que les jeunes ont été façonnés par ce monde. Or, sont-ils capables de discerner la volonté de Dieu dans ce monde ? Comment ? Sont-ils prêts et capables de vivre et de s’engager dans ce monde ?
Comment discernons-nous si un candidat a la capacité de vivre et de travailler de façon interculturelle, et comment les aidons-nous à accroître leurs compétences interculturelles ? Je vous propose de regarder les connaissances, les attitudes et les compétences nécessaires dans tous les domaines, ou les “piliers” de ce que nous appelons la “formation intégrale

Patrizia Morgante
Communiquer pour construire une communauté mondiale
Il y a dans le monde digital une réelle soif de beauté et de vérité : qui, mieux qu’une religieuse, peut aller à la rencontre de cette soif, se laisser toucher, et y répondre ? Peut-être devons-nous seulement apprendre à le faire de façon différente. La toile ne répond pas à la logique pyramidale et hiérarchique fréquente dans le monde religieux. Nous devons apprendre à être immergés dans la multitude, mais sans renoncer à notre parole évangélique ; ne pas être envahissants, moralistes, juges. La toile nous exclut si nous voulons imposer ; elle ne nous suit pas, tout simplement. Notre crédibilité n’est pas évidente, nous devons la conquérir. Si nous voulons rester dans la course, nous devons accepter et stimuler le dialogue authentique.

Sr Simona Brambilla, MC
Inculturation Charismatique – Des chemins en acte
Un charisme qui ne sait pas s’inculturer est mort ou va bientôt mourir, atteint de maladie cardio-vasculaire, asphyxié, comme une tortue que l’on empêcherait de sortir de sa carapace. Un charisme qui n’est pas exposé aux provocations des différentes cultures, qui ne sait pas « apprendre la langue » d’autres mondes devient fou, comme une tortue à qui l’on imposerait de réprimer sa nature, qui est de marcher. Oui, parce que la nature d’un charisme, étant ecclésiale, est en soi missionnaire, et demande de se mettre en marche, d’avancer, de rencontrer d’autres expressions de l’Esprit qui danse dans le monde. Par ces rencontres, le charisme se trouve régénéré, renforcé, grandi, multiplié, fécond, multicolore, et toujours davantage lui-même, vigoureux, raffiné, purifié, en mesure de donner à la congrégation une vie nouvelle et de nouvelles perspectives.

Sr Christine Burke, IBVM
La communauté interculturelle – la réalité !
Dans les communautés où l’on se soutient mutuellement, la compréhension peut grandir. Dans notre monde qui a tellement besoin de bras ouverts et de larges horizons, il y a peut-être là pour les religieux l’une des manières d’être les plus prophétiques. Ce ne sont plus nos Institutions qui comptent. C’est ce que nous sommes lorsque nous laissons Dieu travailler en nous, nous accompagner dans nos combats intérieurs, et nous aider à devenir des femmes de liberté, de justice et d’intégrité ; des femmes qui tendent la main, désireuses d’apprendre, avec un cœur et un esprit ouverts ; des femmes qui osent croire que l’Évangile et ses défis sont à l’œuvre dans toutes les cultures.

Sr Simona Brambilla, MC Inculturation Charismatique – Des chemins en acte

Archive

****

Le BULLETIN UISG offre aux Supérieures Générales et aux communautés inscrites des réflexions sur la vie religieuse, fondées sur l’Ecriture Sainte, la théologie, la spiritualité.

Il s’efforce aussi de favoriser la connaissance de la vie religieuse et de son évolution à travers le monde.

Le Bulletin paraît trois fois par an en six langues: allemand, anglais, espagnol, français, hollandais, italien. Il est envoyé régulièrement à toutes les Supérieures Générales, membres de droit de l’Union, de même qu’aux personnes, associations, et organismes inscrits à titre de membres associés.

La cotisation annuelle d’appartenance à l’UISG comprend un abonnement annuel au Bulletin UISG dans la langue requise par la Supérieure Générale.

Pour recevoir des copies supplémentaires pour les Supérieures Générales, ou de nouveaux abonnements pour la Congrégation dans le monde, ou activer un nouvel abonnement pour d’autres sœurs, vous devez écrire à: bollettino@uisg.org

PRIX D’UN SEUL ABONNEMENT

Europe 50 U$ or 45 Euro
Autres pays 60 U$ or 50 Euro

Payement

Les articles publiés dans le BULLETIN UISG peuvent être reproduits, mais à la condition d’en indiquer la source et avec l’autorisation de la Secrétaire Exécutive ou de la Responsable du Bulletin.

Pour toute information, vous pouvez contacter:
Antonietta Rauti – Responsable du Bulletin UISG
Piazza di Ponte Sant’Angelo, 28 – 00186 Roma – Italia
bollettino@uisg.org – + 39 06 684002 32