Bulletin

Le BULLETIN UISG offre aux Supérieures Générales et aux communautés inscrites des réflexions sur la vie religieuse, fondées sur l’Ecriture Sainte, la théologie, la spiritualité.

Il s’efforce aussi de favoriser la connaissance de la vie religieuse et de son évolution à travers le monde.

Le Bulletin paraît trois fois par an en six langues: allemand, anglais, espagnol, français, hollandais, italien. Il est envoyé régulièrement à toutes les Supérieures Générales, membres de droit de l’Union, de même qu’aux personnes, associations, et organismes inscrits à titre de membres associés.

La cotisation annuelle d’appartenance à l’UISG comprend un abonnement annuel au Bulletin UISG dans la langue requise par la Supérieure Générale.

Pour recevoir des copies supplémentaires pour les Supérieures Générales, ou de nouveaux abonnements pour la Congrégation dans le monde, ou activer un nouvel abonnement pour d’autres sœurs, vous devez écrire à: bollettino@uisg.org

PRIX D’UN SEUL ABONNEMENT

Europe 45 U$ ou 40 Euro
Autres pays 50 U$ ou 45 Euros

Payement

Les articles publiés dans le BULLETIN UISG peuvent être reproduits, mais à la condition d’en indiquer la source et avec l’autorisation de la Secrétaire Exécutive ou de la Responsable du Bulletin.

Pour toute information, vous pouvez contacter:
Antonietta Rauti – Responsable du Bulletin UISG
Piazza di Ponte Sant’Angelo, 28 – 00186 Roma – Italia
bollettino@uisg.org – + 39 06 684002 32

************************

Introduction Bulletin 163

Comme dans le numéro précédent, le présent Bulletin UISG, voudrait apporter une contribution de plus à la connaissance du Droit Canonique, tout en gardant les yeux ouverts sur la réalité qui nous entoure et qui interpelle notre vie de femmes et de consacrées.

«Les religieux auront comme règle suprême de vie la suite du Christ proposée par l’Évangile et exprimée par les constitutions de leur propre Institut» (c. 662). A partir de cette citation du Droit Canonique, Sr. Mary Wright, IBVM nous offre quelques notes pratiques très utiles sur les règles de base que les constitutions d’un Institut doivent contenir pour protéger fidèlement la vocation et l’identité propre de l’Institut. Les Constitutions ne sont pas des règles simples, elles contiennent la passion charismatique des Fondateurs, sur laquelle des générations entières de religieuses et de religieux ont trouvé une voie évangélique vers la sainteté. Il est très intéressant de voir comment les éléments spirituels des Constitutions peuvent et doivent être harmonisés avec les éléments juridiques de manière adéquate.

Sr. Simona Paolini, FMBG nous présente une réflexion profonde et détaillée sur la nature et sur les modes d’expression du service de l’autorité dans la phase de reconfiguration et de restructuration des Instituts de Vie Consacrée. Dans un temps de changements significatifs dans le domaine de la vie religieuse, l’autorité a aussi besoin d’une adaptation renouvelée, sans toutefois s’écarter de ses dimensions fondamentales. Aujourd’hui, il n’est plus possible de penser une autorité arbitraire, ni une autorité personnelle, et par là, le souhait est d’adapter de plus en plus la forme d’une d’autorité collégiale, ouverte à la coresponsabilité, apte à dialoguer avec les instances actuelles, selon une réponse élaborée ensemble, dans la communion. Il est temps d’une autorité qui redécouvre la responsabilité d’être une prophétie qui annonce une nouvelle façon d’être autorité, dans une recherche partagée du cheminement, à l’écoute, en se faisant proche, au milieu, en dialogue, dans un accueil mutuel, attentive au bien partagé.

Sr. Laura Leming, FMI, nous amène à réfléchir sur le déplacement aux marges de notre ministère en tant que religieuses. L’évangile de Marc a eu lieu tout au long de la route où se réalisent de nombreuses rencontres. A la fin de l’Evangile, la dernière exhortation de Jésus est: «Allez dans le monde entier» et «à toute la création» (Mc 16, 15). Le pape François a invité les membres de
l’Eglise, en particulier les personnes consacrées, à cultiver un «élan apostolique renouvelé» qui peut atteindre «ceux qui vivent dans les périphéries existentielles les plus diversifiées» Ces appels rejoignent notre attention et nous invitent à être présentes aux marges de l’Église et de la société, à quitter nos positions centrales, familières et confortables, et à voir ce que les autres voient. Mais
quelles sont les compétences dont nous avons besoin et que nous devons cultiver afin de développer une pratique de présence aux périphéries religieuses pour être capables de relever ces défis mondiaux avec ouverture et confiance?

Un important rendez-vous attend l’Eglise en Octobre 2018: Le Synode des jeunes. Ce sera un moment de réflexion sérieuse et engageant où l’Eglise est appelée à élaborer des réflexions et des stratégies pour re-proposer aux jeunes la vérité de l’Evangile de façon simple, efficace et attrayante. La vie consacrée est directement impliquée dans ce défi. A titre d’aide dans le cheminement vers
le Synode, nous avons voulu offrir une réflexion attentive et approfondie du Père Antonio Pernia, SVD à propos de qui et comment sont les jeunes aujourd’hui avec une vision de la vie religieuse qui pourrait leur dire quelque chose. Comment pourrait être une vie religieuse qui soit attrayante pour les jeunes? Comme elle a toujours été: mystique et prophétique. Une mystique et une
prophétie qui conduisent aux gens, à la mission, aux pauvres. La solidarité avec les pauvres nous révèle l’autre «visage» de Dieu. Pas le visage familier de Dieu, vu d’en «haut» de l’histoire, c’est à dire, du point de vue des vainqueurs et des puissants, mais le visage de Dieu, inconnu, vu d’en «bas» de l’histoire, c’est à dire, du point de vue des victimes et des marginalisés. Aujourd’hui, les personnes consacrées ont un rôle indispensable dans l’Eglise. Elles contribuent au passage de l’Église de la «pastorale de conservation» à la «pastorale missionnaire» (cf. EG 15), révélant ainsi l’«autre côté» de l’Eglise, c’est à dire, non pas l’Eglise institution bureaucratique, mais l’Eglise «hôpital de camp après la bataille, où l’on bande, l’on soigne, l’on guérit les blessures de l’humanité». (Pape François, Homélie à Sainte-Marthe, 30 octobre 2015)

LA VIE DE L’UISG: NEWS

Archive