Bulletin

Le BULLETIN UISG offre aux Supérieures Générales et aux communautés inscrites des réflexions sur la vie religieuse, fondées sur l’Ecriture Sainte, la théologie, la spiritualité.

Il s’efforce aussi de favoriser la connaissance de la vie religieuse et de son évolution à travers le monde.

Le Bulletin paraît trois fois par an en six langues: allemand, anglais, espagnol, français, hollandais, italien. Il est envoyé régulièrement à toutes les Supérieures Générales, membres de droit de l’Union, de même qu’aux personnes, associations, et organismes inscrits à titre de membres associés.

La cotisation annuelle d’appartenance à l’UISG comprend un abonnement annuel au Bulletin UISG dans la langue requise par la Supérieure Générale.

Pour recevoir des copies supplémentaires pour les Supérieures Générales, ou de nouveaux abonnements pour la Congrégation dans le monde, ou activer un nouvel abonnement pour d’autres sœurs, vous devez écrire à: bollettino@uisg.org

PRIX D’UN SEUL ABONNEMENT

Europe 45 U$ ou 40 Euro
Autres pays 50 U$ ou 45 Euros

Les articles publiés dans le BULLETIN UISG peuvent être reproduits, mais à la condition d’en indiquer la source et avec l’autorisation de la Secrétaire Exécutive ou de la Responsable du Bulletin.

Pour toute information, vous pouvez contacter:
Antonietta Rauti – Responsable du Bulletin UISG
Piazza di Ponte Sant’Angelo, 28 – 00186 Roma – Italia
bollettino@uisg.org – + 39 06 684002 32

************************

Introduction Bulletin 162

Vie Consacrée et Droit Canonique

En 2015, l’UISG a mis en place un Conseil international de droit canonique (CLC), composé par des expertes religieuses de Droit Canonique provenant de différentes zones géographiques.
Les religieuses sont: sr. Mary Wright, IBVM (Australie); sr. Marjory Gallagher, SC (Canada), qui malheureusement est décédée en Novembre dernier; sr. Mary Gerard Nwagwu, DMMM (Nigeria); sr. Licia Puthuparambil, SMI (Inde) et sr. Tiziana Dentelle, SFP (Italie).

Les raisons qui ont inspiré le Comité Directeur de l’UISG pour créer cette réalité sont différentes.
Tout d’abord, la nécessité d’identifier les canonistes qui pourraient donner des conseils aux Supérieures Générales et à d’autres supérieures majeures sur des questions qui pourraient se poser dans le contexte de la vie religieuse féminine.
Dans de nombreuses régions du monde, en fait, les religieuses ayant obtenu des titres de maîtrise et de doctorat en Théologie, Ecriture Sainte, et en Droit Canonique deviennent invisibles lorsqu’elles retournent dans leur congrégation. Même si elles donnent une contribution exceptionnelle au sein de leurs congrégations respectives, elles demeurent inconnues à d’autres. En outre, lorsque les Supérieures Générales cherchent une consultance canonique, presque toujours le canoniste local est un prêtre diocésain avec peu ou pas d’expérience de la vie religieuse féminine. Le soutien d’une consultance canonique adéquate est particulièrement indispensable dans les zones où la vie religieuse est en croissance rapide.

Les objectifs du Conseil International du Droit Canon sont donc les suivants:

1. Explorer une variété de manières de fournir un service canonique pour les Supérieures Générales.
2. Créer un réseau mondial de femmes religieuses canonistes disponibles pour donner des conseils aux Supérieures Générales dans différentes parties du monde.
3. Offrir des ateliers ou d’autres possibilités de formation, en vue d’accroître la compétence canonique entre les femmes religieuses.

Depuis 2015 jusqu’à aujourd’hui la consultation canonique a été offerte à plusieurs Supérieures Générales à travers des rencontres, des appels téléphoniques et des contacts e-mail. Un séminaire pour 40 femmes religieuses canonistes a eu lieu à Nemi, en Décembre 2015 et un Atelier de Droit Canonique a eu lieu en mai 2016. Un premier atelier sur la Reconfiguration a été organisé par le Conseil des canonistes en Novembre 2016 et un deuxième en Janvier 2017. Enfin, deux ateliers de Droit Canonique ont eu lieu à Nairobi (Kenya) du 20 au 26 Février 2017. D’autres événements sont prévus et vous pouvez consulter le site Web de l’UISG (www.uisg.org) pour avoir des informations à propos des prochains rendez-vous.

Dans ce numéro du Bulletin, nous publions quelques-unes des réflexions qui ont été présentées aux participantes des différents ateliers de Droit Canonique organisés par l’UISG, pour permettre à toutes les Supérieures Générales, et surtout à celles qui n’ y ont pas participé, de pouvoir en bénéficier.
Sr. Simona Paolini a traité la Responsabilité du Leadership avec les participantes à l’Atelier de Droit Canonique sur la Reconfiguration (UISG, Novembre 2016). Ce qui est demandé aujourd’hui à la Responsabilité du Leadership, est de se situer entre l’autonomie et l’obéissance, pour rendre fécond leur propre charisme, à travers des choix prophétiques et réalisables, avec un style renouvelé, que l’Église elle-même suggère dans le cheminement actuel.

Sr. Mary Gerard Nwuagwu, pour les participantes au Séminaire de Droit canonique (UISG, Mai 2016) a traité la question difficile de la discipline au sein des Instituts de Vie Consacrée.
Dans sa réflexion, partant des normes de la discipline spécifiées par l’Eglise dans le code de Droit canonique, Sr. Mary Gerard fait une analyse détaillée des trois domaines de la vie religieuse au sein desquels les questions de discipline deviennent souvent problématiques: les vœux, la vie communautaire et l’apostolat.

Sr. Mary Wright a développé sa réflexion dans le document préparé pour le Séminaire de Droit Canonique (UISG Mai 2016) sur le thème de la Séparation d’un membre de l’Institut de Vie Consacrée. L’adhésion à un institut de vie consacrée implique à la fois l’engagement public et privé à suivre le Christ de plus près, dans une vie communautaire spécifique. Se séparer de l’Institut, pour une raison quelconque, est une perturbation, ou tout au moins un changement, de cet engagement. Le droit canonique prévoit des processus pour ces circonstances exceptionnelles, de sorte que les droits et les obligations réciproques entre l’Institut et la personne qui s’en sépare puissent être protégés, pour le bien commun.

Le texte Sr. Chineaka C. Ezeani qui clôture ce bulletin nous aide à réfléchir sur un aspect crucial et sensible du ministère de la formation dans la vie religieuse: le processus de discernement concernant la séparation d’un membre de l’Institut. La personne qui se sépare de la congrégation vit un moment très difficile, qui nécessite une sensibilité particulière et de l’empathie de la part de la formatrice. Un accompagnement empathique est absolument nécessaire, pour rester évangéliquement à côté de la personne qui quitte l’Institut et pour la soutenir dans un temps très vulnérable dans sa vie.

Archive